La Vierge du Rosaire

San Nicolàs, Argentine.

Le 25 septembre 1983, Gladys Quiroga de Motta, 46 ans, épouse d'un ouvrier spécialisé récite son chapelet à la maison. Et soudain, à sa grande surprise, une femme lui apparaît, avec un enfant et un rosaire.

Elle le lui tend, comme pour le lui donner en confirmation de sa prière. C'est très bref. Une sorte d'annonciation. Elle note seulement ce jour-là: «J'ai vu la Vierge pour la première fois.»

Les apparitions suivantes, espacées (28 septembre, 7 octobre en la fête du Rosaire), sont silencieuses. A partir du 13 octobre (jour anniversaire de l'apparition de Fatima), les messages commencent. La Vierge fait suivre ses paroles de références à la Bible qu'elle invite à lire et à méditer. Le Christ lui apparaît aussi certains jours: 78 fois.

La série des messages, éditées d'abord en français, avec tous les textes bibliques recommandés par la Vierge, s'est terminée le 11 février 1990, en l'anniversaire de l'apparition de Notre Dame de Lourdes. Les apparitions continuent depuis lors, mais sans publication de messages, a décidé le premier évêque, Monseigneur Castagna, qui soutient mais modère et canalise l'événement avec prudence, labeur et discernement.

Informations
Date des évènements: 
25 septembre 1983 - 11 février 1990
La Vierge du Rosaire

Historique

La Vierge du Rosaire

Le 24 septembre 1983, à San Nicolas, près de fleuve Paraná, à 260 km au nord-est de la capitale Bueno Aires, Gladys Herminia Quiroga de la Motta, née le 1er juillet 1937, croyante et pratiquante, mais sans excès d'aucune sorte, mariée à un ouvrier métallurgiste, mère de deux filles, vit une expérience sensible d'une extrême rareté.